La « griorisation » : un exercice de priorisation inspiré par ma grippe

Sans-titre-6.png
Sans-titre-5.png

Partager cet article →

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

La « Griorisation » : un exercice de priorisation inspiré par ma grippe 😅

Le 1er janvier au matin, après un nouvel an entre amis festif qui s’est fini tard (ou plutôt très tôt le matin …), j’ai eu la surprise de me réveiller fiévreuse et courbaturée au point de ne pas pouvoir sortir du lit.

Mon premier réflexe a été de me dire « waaaa, je ne pensais pas avoir tant bu que ça hier ! » 😅

Sauf que ce n’était pas à cause de l’alcool, mais d’une belle grippe !

Le problème, c’est que j’avais tout une semaine de travail prévu pour « bien démarrer l’année ! » et quand je pensais à l’idée de ne pas pouvoir travailler, une partie de moi résistait et se disait « ce n’est pas possible, il faut que je me débrouille pour avancer des choses ! »

Au final, je me suis retrouvée dans l’incapacité totale de faire quoi que ce soit ! 0 énergie, mon cerveau était incapable de se concentrer, le simple fait de parler me fatiguait.

Quand j’ai réalisé que j’allais devoir reporter tous mes RDV et décaler tout le travail qui était prévu à la semaine suivante … ça me semblait presque catastrophique.

Et pourtant, ça n’a au final pas posé le moindre problème !

Alors certes, j’ai eu la chance de pouvoir me reposer sur mon équipe et notamment Victor, mon bras droit pour prendre le relai sur plusieurs sujets importants. Ça a été un vrai soulagement.

Et je paris que comme moi, tu as sans doute déjà vécu un moment où tu es tombé malade, en étant paniqué au début à l’idée de ne pas pouvoir avancer durant les prochains jours pour finalement te rendre compte que cela n’avait pas eu les conséquences catastrophiques que tu imaginais, non ?

Alors j’en viens à mon petit exercice de « Griorisation » (c’est à dire de priorisation par la grippe 😅)

La prochaine fois que tu te retrouves avec une semaine où tu veux faire bien plus de choses que ce que tu as le temps de réellement faire et que tu es tenté de sacrifier des temps perso pour faire le maximum de choses…

… je t’invite à te demander :
« Si je me réveillais demain malade comme un chien et que je n’avais la capacité physique et mentale que de travailler que 2h par jour : qu’est-ce que je ferais ? et qu’est-ce je mettrais de côté ? »

Ça pourra t’aider à sortir de la réponse réflexe « Je dois tout faire » et à faire du tri 😉.

2 achats pour bien démarrer l’année 2024 🎉

Le jour où j’ai commencé à porter une montre Garmin qui me permettait de suivre mon activité et notamment de savoir combien de pas je faisais pas jour, j’ai pris une vraie claque.

Je travaille de chez moi et si je ne travaille pas, je peux passer pas mal de temps à lire, regarder des vidéos, etc … donc en pratique : je suis souvent assise !

Et j’en ai vraiment pris conscience quand j’ai vu grâce à cette montre que la plupart du temps, je faisais seulement entre 1500 et 3000 pas par jour.

Or …

Pour référence, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de faire 10 000 pas par jour.

Et ces dernières années, de plus en plus d’études ont montré à quel point le fait de rester assis longtemps dans la journée était mauvais pour la santé.

Certains en arrivent même à la conclusion que « La sédentarité tue plus que le tabac ».

J’ai donc décidé d’investir dans un standing desk (bureau « assis-debout ») et un tapis de marche compact à installer devant le bureau (je me suis inspirée de l’installation du Youtuber et auteur Ali Abdaal). 

L’idée étant de pouvoir alterner entre des phases de travail assise, debout et de pouvoir marcher 1h (peut-être même 2h ?) par jour pendant que je travaille.

Je les ai reçus cette semaine, vais les monter ce weekend (maintenant que j’ai repris du poil la bête après ma grippe !). Je vous enverrai une photo du set up dans la newsletter de la semaine prochaine 😉

Si ça vous intéresse, je vous tiendrai au courant de ce que ça donne dans la pratique …

Et si comme moi, tu passes une grande partie de ta journée assis, qu’est-ce que tu pourrais faire pour bouger plus souvent ?

Leçons de sa 33ème année 💡

J’ai beaucoup aimé cet article de Sahil Bloom sur les 33 leçons qu’il retient de ses 33 ans.

Voici mes 3 préférées, avec un petit commentaire perso à la fin de chacune …

  • « 18. Tu devrais toujours grincer des dents en pensant à l’ancienne version de toi. Si tu penses à toi il y a un an et que tu ne grinces pas des dents en pensant à tes habitudes, comportements, actions … tu devrais t’inquiéter. Cette sensation est le signe de ta croissance, elle devrait toujours être présente. »


➡️ Bon perso, je trouve qu’il y va un peu fort en disant qu’on devrait avoir ce sentiment tous les ans ! Mais je pense en effet qu’avoir cette sensation est un bon indicateur pour savoir dans quelle mesure on a évolué en tant que personne. Je me souviens clairement avoir eu cette sensation début 2023.

Et toi, à quand remonte la dernière fois que tu as eu cette sensation ?

  • « 20. Les marches « inproductives » sont la plus productive des activités ! Personne n’a jamais changé sa vie en écoutant un podcast en vitesse x2. J’ai eu plus d’idées qui ont changé ma vie en allant marcher en silence, sans mon téléphone qu’en passant du temps à mon bureau, à écouter des podcasts ou sur des choses « productives » combinées. »


➡️ Ça résonne fort pour moi, car c’est quelque chose que je sais, mais que je ne mets pas du tout assez en pratique. Mon réflexe est trop souvent de m’enfermer dans mon bureau et de réfléchir activement, pas assez d’aller marcher et prendre l’air en laissant les idées venir. Clairement quelque chose que je veux changer en 2024 !

  • « 23. Quand quelque chose ne marche pas, résiste à l’envie d’ajouter autre chose et demande toi plutôt ce que tu peux enlever. Quand on est en difficulté, notre tendance est d’ajouter quelque chose de nouveau (un nouvel entraînement, un nouveau complément alimentaire, un nouveau projet, une nouvelle personne etc). Souvent, la solution est d’enlever quelque chose qui nous retient, pas d’ajouter quelque chose de nouveau. »


➡️ Tellement vrai ! Pour lutter contre ça, chaque fois que je définis mes objectifs (en suivant la méthode que je partage dans la formation Atteins tes Objectifs) je suis vigilante à ne pas rendre mon entreprise ou ma vie personnelle trop complexe en venant m’en demander trop, ajouter trop de choses, et je me demande comment je peux avoir autant voir plus de résultats en faisant moins de choses.

S'inscrire à la Newsletter du Lundi 📩

Découvre d'autres articles